Sécurité au travail et zone ATEX

0
1835
Sécurité au travail

La réglementation ATEX exige à tous les gérants d’entreprise de maitriser les risques en rapport à l’explosion de ces atmosphères au même grade que tout autre risque professionnel. Pour ce faire, une évaluation de risque est importante au sein de l’entreprise afin d’identifier les lieux et la formation des atmosphères explosives. À ce moment-là, on fait appel au DRPCE (Document relatif à la protection contre les explosions). Le monde ATEX est généralement méconnu et il nécessite d’être expliqué. D’ailleurs, il s’impose à tout utilisateur de zones à risque d’explosion.

S’équiper des matériels certifiés ATEX

Toute entreprise doit disposer d’un zonage ATEX pour optimiser la sécurité. En effet, la directive 2014/34/UE du 26 février 2014 oblige les entreprises à s’équiper de matériel ATEX.  Céline Labrune, un professionnel, un chef de projet de ce secteur estime que « La révision du zonage selon la nouvelle version de la norme peut donc se justifier pour les entreprises qui estiment que le classement de zone de leurs installations n’est pas optimisé, ou pour celles qui ont beaucoup d’équipements non conformes ». Une modification des installations et des démarches est une alternative pour mettre à jour une zone concernée tout en profitant de la nouvelle norme.

Bien comprendre le concept ATEX

ATEX ou une atmosphère explosive est par définition, le résultat d’une combinaison d’air et d’éléments combustibles tel que les poussières de bois, le gaz, les solvants, etc. Ce mélange se forme dans des proportions qui sont sources d’inflammation d’énergie qui produira au final une explosion. L’explosion est différente de l’incendie, il s’agit d’une combustion entièrement instantanée. Un effet de souffle important est provoqué avec une apparition de flamme et de chaleur. Cela ne survient qu’après une formation d’une atmosphère explosive.

Il y a certaines conditions qui définissent une ATEX en prenant en compte des degrés de dangerosité variés en suivant les critères de combustibles et les variations de température. Il faut mettre en tête que certains environnements de travail présentent des vapeurs, d’aérosols et toutes sortes de combustibles provoquant la formation d’atmosphère explosive. Les risques surviennent en cas de présence de carburant, de comburant et toute source d’inflammation. Il y a en effet quelques conditions pour qu’une explosion ait lieu. Un comburant comme l’air et l’oxygène mélangé avec un combustible résulte une explosion. Une source d’inflammation peut quant à elle concerner un arc électrique, des points chauds, des étincelles dues au frottement, des réactions chimiques et d’une électricité statique.

Matériel adapté aux zones ATEX et gage de sécurité

Lorsqu’il s’agit de matériels ATEX, il faut considérer certains aspects comme les matériels de surface et mine, les renseignements sur le zonage et la classification de gaz. L’utilisateur est responsable de l’analyse de risque en rapport avec l’installation et la procédure de fabrication. Quant au fabricant, il détermine les protections nécessaires à appliquer et effectue une classification des substances nécessaires à la construction de la machine. Le fabricant en effet, livre du matériel avec une classification correspondante. Dans certains cas, il peut être important de faire appel à un laboratoire certifié.

Notez toutefois que le fabricant de matériel ATEX doit s’adapter aux normes qui évoluent, aux réglementations de sécurité plus innovante. Pour ce faire, il faut une veille documentaire et réglementaire. Des analyses de dysfonctionnements et des intérêts aux expériences sont également nécessaires. Des essais en laboratoire sont importants durant la conception des pompes à vide ATEX. Ces essais sont faits également pour une validation.  Des tests additionnels en production et des examens de conditions de travail avant-vente auront également lieu.